Home
Home
Tschernobyl-Initiative
in der Propstei Schöppenstedt e.V.


de en fr ru

Déclarationde Geseke 2005

«  On poursuivra les voyages repos pour enfants à l’étranger ! »

  1. Nous, les participant(e)s de la Conférence du Jumelage Allemand-Biélorusse du 11 au 13 février 2005 à Geseke, réalisons avec du respect, que beaucoup de gens dans l’est et dans l’ouest s’engagent pour une coopération amicale. La conférence elle-même en est un signe important. Ca se voit dans le nombre immense de 450 participant(e)s de la Biélorussie et de l’Allemagne, mais aussi dans la coopération et l’amitié grandies et la responsabilité commune.
  2. Avec gratitude nous jetons un regard rétrospectif sur les dernières 15 années de rapprochement et de contact, de coopération et de recherche commune. Le rapprochement, c’est :
    • un moyen de réconciliation et de paix entre nos peuples
    • un moyen d’encouragement et d’inspiration mutuel
    • un moyen de responsabilité commune pour la vie et le futur
  3. Avec les Nations Unies, nous sommes touchés par le destin des Biélorusses – en particulier des enfants – qui souffrent encore des conséquences de la catastrophe de Tchernobyl. Les enfants biélorusses qui participaient aux voyages repos sont devenues un pont. Des milliers de ponts de paix, d’un homme à l’autre, d’une famille à l’autre et d’un endroit à l’autre.
  4. Les déclarations les plus récentes du côté biélorusse au sujet des voyages repos pour enfants ont provoqué des protestes, aussi à l’étranger. A la conférence, le ministre des Affaires Etrangers suppléant, Alexander Michnewitsch et Oxana Petrenja du Département pour l’Aide Humanitaire ont mis en évidence que les voyages repos pour enfants soient encore voulus par le gouvernement biélorusse et qu’ils soient poursuivis sans changements.
  5. Nous renvoyons au droit et à la responsabilité des parents et des personnes concernées, de s’unir dans des initiatives, et d’organiser eux-mêmes les repos pour leurs enfants. C’est le devoir du gouvernement de fixer le cadre et de créer la liberté d’action, pour que les initiatives puissent agir indépendamment.
  6. Avec les Nations Unies, nous considérons « Tchernobyl » comme challenge permanent pour nous-mêmes et pour les prochaines générations [1].Face à la grande misère partout dans le monde, on peut seulement activer de l’aide concrète par des actions concrètes. Les voyages repos pour enfants sont devenues le motif et la motivation pour beaucoup de gens engagés. Les voyages sont un composant central dans l’engagement des plus de 600 jumelages
  7. Avec les Nations Unies, nous prenons au sérieux le droit à santé de chaque enfant et nous rappelons qu’il faut supporter et encourager la coopération internationale, pour qu’il soit possible de réaliser « ce droit pour chaque enfant dans un environnement qui est bon pour sa santé » [2] Dans les voyages nous voyons en plus des chances pour une éducation unique qui permet une façon d’apprendre interculturellement dans un monde qui se rapproche de plus en plus. [3]
  8. Nous exigeons, pour cette raison, que tous les services administratifs s’engagent pour que :
    • les enfants de Tchernobyl puissent continuer à voyager
    • les ponts de paix ne soient pas détruits
    • la coopération entre les personnes et les initiatives non-gouvernementales soit continuée et encouragée.
  9. Nous appelons toutes les initiatives et personnes engagées à faire tout pour que les enfants puissent continuer à aller voir leurs ami(e)s dans tout le monde et trouver du repos et de l’énergie pour leur santé.

Notes :
  1. Résolution de la réunion des Nations Unies 45/190 du 21.12.1990
  2. Convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant du 20.11.1989, art. 24 et 39
  3. Ebenda, art. 29
Repos pour enfants

Repos pour enfants

Documents Dons et aides

Dernière mise à jour le 2006-09-19, Sabine Bossert. Contacts